Milieux naturels et climat

Comme toute activité humaine, l'aménagement et le fonctionnement de la plate-forme génèrent des effets sur leur environnement.

Il s’agit d’une part d’effets locaux qui peuvent par exemple être liés aux rejets des eaux drainés de la plate-forme ou à la perturbation potentielle de la faune par les avions. A contrario, les modalités d'entretien spécifique et l'absence d’autres activités humaines perturbatrices au sein des emprises de l'aéroport peuvent être propices au développement local de certains milieux et de certaines espèces.

La proximité du lac de Grand-Lieu, zone humide d’importance internationale, sur l’une des principales voies des oiseaux migrateurs en Europe, appelle évidemment à une attention particulière.

L’activité aérienne et le fonctionnement de la plateforme participent d’autre part à des effets globaux liés en particulier aux émissions de gaz à effets de serre qui contribuent au réchauffement climatique.

Quel est l’effet de la plate-forme sur la qualité de l’eau ?

Les risques de pollution liées aux activités aéroportuaires

Les risques de pollution sur la plate-forme sont de trois types :

  • les pollutions chroniques dues au fonctionnement général de l’aéroport. Ces pollutions sont globalement du même type que celles générées par une grosse infrastructure routière : particules fines causées par les freins des véhicules ou à l’abrasion des pneus ;

  • les pollutions saisonnières imputables en période hivernale au déverglaçage des pistes, antigivrage et dégivrage des avions ;

  • les pollutions accidentelles liées à certaines activités à risque du fait de l’emploi et du stockage de produits présentant des dangers potentiels pour l’environnement :  carburants (kérosène et avgas) ; produits phytosanitaires pour l’entretien de la végétation aux abords des installations ; émulseurs pour les essais pompiers , autres produits dangereux liés aux activités de maintenance et de stockage des déchets.

 

Le traitement des eaux de la plate-forme

Les eaux pluviales captées par la plateforme aéroportuaire sont drainées vers 17 exutoires distincts. 15 d’entre eux s’écoulent vers le ruisseau de Bougon puis vers la Loire. Les deux autres s'écoulent vers le bassin versant du Lac de Grandlieu. Les aires drainées, par sous bassins, sont très variables, tant en superficie qu’en occupation des sols (les superficies drainées vers un exutoire varient de quelques milliers de m² à près de 60 ha).

Le réseau d’eaux pluviales de la plateforme est équipé de :

  • 5 bassins de rétention qui tamponnent quasi exclusivement les eaux pluviales des parkings véhicules ;
  • 8 ouvrages de type débourbeur-déshuileur, dont un principal localisé sur l’exutoire du Tertre. C’est en effet, sur ce sous bassin versant que se concentrent les principales activités polluantes de la plateforme.

Le concessionnaire actuel mène une démarche de mise à niveau de l'assainissement de la plate-forme. En complément des dispositifs déjà existants, 3 bassins de traitement par filtre planté de roseaux et un système de récupération et de réutilisation des eaux utilisées dans le cadre des essais pompiers vont être positionnés sur les sous-bassins versants concernés, afin d’assurer une meilleure maîtrise du risque de pollution. Ces travaux sont programmés à court terme par le concessionnaire actuel.

Par ailleurs, le projet de réaménagement comprendra un volet spécifique sur la gestion des eaux pluviales, adapté aux aménagements retenus, dans le respect de la réglementation applicable.

 

Le dispositif de suivi

Dans le cadre de sa politique environnementale et conformément au contrat de concession, AGO effectue des suivis réguliers de la qualité des rejets d’eaux pluviales. Les prélèvements sont effectués par une société spécialisée agréée sur 3 points de rejet et les analyses pratiquées par un laboratoire accrédité. 66 paramètres sont mesurés.

Des campagnes de mesures spécifiques sur les eaux pluviales ruisselées ont été réalisées sur 5 semaines en février 2019 dans le cadre de l’état initial de l’environnement. La qualité des cours d’eau récepteurs de la plateforme aéroportuaire a également été analysée au regard des prélèvements effectués sur 5 points.

L’arrêté du 17 octobre 2019 prescrit les mesures d’accompagnement à mettre en place d’ici 2021 (décrites dans le porter à connaissance), et notamment :

  • Suivi piézométrique (piézomètres existants et nouveaux à mettre en place) ;
  • Campagnes de mesures de débit aux points de rejet sur plusieurs années ;
  • Suivi de la qualité des cours d’eau et des principaux rejets sur 5 sous-bassins versants ;
  • Tests de perméabilité au droit des ouvrages d’infiltration projetés ;
  • Étude hydrogéologique de vulnérabilité de la nappe ;
  • Campagne de mesures des eaux de la fosse pompiers.

Ce dispositif sera complété dans le cadre de l’autorisation environnementale liée au réaménagement de l’aéroport.

Source : Direction générale de l’aviation civile (DGAC) / Bureau d'études Artelia et Aéroports du Grand Ouest (AGO)

 
Les résultats des suivis de la qualité des eaux superficielles

Les analyses que la DGAC a menées dans le cadre de l'état initial de l'environnement, notamment les études hydrologiques et d’assainissement, montrent que la qualité actuelle des eaux superficielles est globalement bonne dans les cours d'eau présents sur les bassins versants concernés par la plateforme aéroportuaire.

Des dégradations de la qualité de l'eau ont toutefois pu être observées à certaines périodes dans le cadre des suivis mis en place depuis 2009 sur les exutoires des trois principaux sous-bassins versants et, en 2018 et 2019, sur les exutoires de deux autres sous-bassins. Il s'agit principalement de pollutions organiques ponctuelles qui peuvent être liées à la biodégradation des produits de déverglaçage de la piste et à des produits émulseurs utilisés par le service de sauvetage et de lutte contre l’incendie des aéronefs (SSLIA). La présence ponctuelle d’hydrocarbures et de métaux (cadmium, cuivre et zinc) a également été constatée.

Une synthèse des résultats des campagnes de mesure sera présenté chaque année à compter de 2020.

Source : Direction générale de l’aviation civile (DGAC) / Bureau d'études Artelia et Aéroports du Grand Ouest (AGO)

Pour en savoir plus : étude de l'état initial de l'environnement (DGAC - Artelia)

 

Comment évolue l’avifaune à proximité de l’aéroport ?

Le lac de Grand-Lieu appartient au réseau mondial des Sites Ramsar (Convention relative aux zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau, adoptée le 2 février 1971 à Ramsar, Iran). Il est couvert dans sa majeure partie par une Réserve nationale, gérée par la Société nationale de protection de la nature (SNPN). A l'est, une réserve régionale, gérée par la Fédération des Chasseurs de Loire-Atlantique, complète le dispositif.

Lors des atterrissages face au Nord, le lac de Grandlieu est survolé à l'Est (réserve régionale) à une altitude variant d'environ 600m en rive Sud à 200m sur la rive proche du bourg de Saint-Aignan de Grandlieu. Lors des décollages face au Sud les avions gagnent plus rapidement de l'altitude et virent sur les rives du lac, vers l'Est pour 80% du trafic et vers l'Ouest pour 20%.

En 2017, à la demande des médiateurs sur le projet de transfert à Notre - Dame des Landes, le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) a analysé l’impact des mouvements d’avions sur l’avifaune. L'étude a conclu que " ni les mouvements actuels des avions, ni l’augmentation futur du trafic de l’aéroport de Nantes-Atlantique ne sont susceptibles d’engendrer un impact significatif sur les populations d’oiseaux du Lac de Grand Lieu."

Pour en savoir plus

- sur la réserve, site de la SNPN ;

- sur les " impacts significatifs dommageables pour l’avifaune du lac de Grand Lieu liés à l’éventualité de l’augmentation du trafic de l’aéroport de Nantes Atlantique ", étude MNHN, septembre 2017.

Quelle est la nature des dépôts observés autour de l’aéroport et quel lien éventuel avec la circulation aérienne ?

Des riverains de l'aéroport ont signalé aux élus du territoire et aux services de l'État avoir observé des dépôts de différentes natures (suies et matières huileuses) sur leurs toitures ou dans leur jardin. Afin de préciser la nature de ces dépôts et de clarifier leurs liens éventuels avec le trafic aérien autour de l'aéroport, la préfecture de Loire-Atlantique a souhaité qu'une étude puisse être rapidement engagée.
Afin de garantir la rigueur méthodologique nécessaire et d'assurer la cohérence de cette étude avec les autres travaux menées à l'échelle nationale sur ce sujet, cette étude est pilotée par la DGAC et mobilise localement l'expertise d'Air Pays de la Loire, association agréée par le ministère de la transition écologique et solidaire pour la surveillance de la qualité de l'air. Cette étude s'inscrit dans la même démarche que l'étude portant sur les particules ultrafines. Compte tenu de la chute du trafic, le calendrier des prélèvements a été décalé et ceux-ci seront réalisés ultérieurement mais l'étude n'est pas remise en cause.
Les résultats de cette étude alimenteront l'observatoire territorial autour de Nantes-Atlantique.

Quelles sont les émissions de gaz à effet de serre liées aux activités aéroportuaires ?

Au-delà de la pollution locale et régionale que peut générer l'activité aéroportuaire (cf rubrique qualité de l'air et santé), les activités aéroportuaires émettent des gaz à effet de serre qui contribuent à l'effet global de réchauffement climatique.

On distingue généralement les émissions liées directement au trafic aérien (émissions en croisières, émissions lors du cycle atterrissage-décollage, émissions des avions au sol) des autres émissions imputables au fonctionnement de la plate-forme aéroportuaire (véhicules et engins de piste, chauffage des bâtiments, travaux, trafic automobile induit pour les employés de la plate-forme, pour les passagers, pour l’acheminement du fret, etc.)

Les émissions du transport aérien

S'agissant des émissions du transport aérien, les inventaires consolidés évaluent leur part à environ 2% des émissions mondiales de CO2.

Chaque année, la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) publie un bilan des émissions gazeuses du transport aérien. Le dernier bilan des émissions de CO2 de l’aviation commerciale réalisé montre que les efforts du secteur pour diminuer ses émissions portent leurs fruits. Ainsi, au niveau national, entre 2000 et 2019, les émissions ont progressé de +24,6% pour un nombre de passagers-équivalents-kilomètres-transportés (PKTeq) en augmentation de +66,5%, soit une diminution de -25% des émissions unitaires (en kg de CO2 par passager-équivalent-km-transporté), correspondant à une décroissance moyenne de -1,5% par an.

emission_co2_france_totales_et_unitaires
Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) octobre 2020

 

Le bilan contient un focus sur les principales plateformes françaises dont Nantes-Atlantique : Les émissions gazeuses liées au trafic aérien.

Sur la plateforme nantaise, le graphique suivant présente l’évolution des émissions de CO2 associées au trafic aérien depuis 2000.

emissions_co2_nantes
Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) octobre 2020

 

  • LC (vol long-courrier) : vol d'une durée supérieure à 4h30 ; en pratique,à partir de la Métropole, il s'agit des vols vers l'Outre-Mer ou internationaux hors Europe et hors bassin méditerranéen.
  • vol intérieur : vol dont l'origine et la destination sont en France (y compris Outre-Mer)
  • cycle : rotation incluant une arrivée et un départ
  • LTO (Landing Take Of) : phases approche, roulage, décollage et montée inférieure ou égale à 3 000 pieds (915 m)
  • PAX : nombre de passagers transportés
  • PAXeq (passagers équivalents) : nombre de passagers transportés + masse de fret et courrier transportés /100
  • PKTeq (passagers équivalents-kilomètres-transportés) : PAXeq x distance

 

En matière de lutte contre le changement climatique, le transport aérien s'inscrit dans les objectifs fixés à l’échelle internationale et notamment celui de la croissance neutre en carbone à partir de 2020.

Pour atteindre cet objectif, l’Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a développé le concept de « panier de mesures » basés sur quatre leviers, dont la mise en œuvre est déclinée à l’échelle européenne et nationale :

  • l’amélioration de la performance énergétique des aéronefs ;

  • l’optimisation des procédures opérationnelles (gestion de la circulation aérienne) conduisant à réduire la consommation de carburant ;

  • le développement des biocarburants aéronautiques durables ;

  • la mise en place de mesures économiques fondées sur le marché (acquisition d'unités de compensation par les compagnies aérienne permettant de financer des projets de réduction ou de capture du carbone par exemple).

Dans le cadre de ce panier de mesures, le mécanisme CORSIA ("Régime de compensation et de réduction de carbone pour l’aviation internationale") a été négocié et adopté par l'OACI en 2016. Ce mécanisme mondial permettra d’assurer la compensation des émissions liées aux vols internationaux en croissance par rapport à une référence. La France est pleinement engagée dans la mise en œuvre du dispositif et les opérateurs ont d’ores et déjà commencé à mesurer et vérifier leurs émissions de CO2.

Pour plus d’informations sur le CORSIA, une page dédiée est disponible sur le site web de l’OACI.

Par ailleurs, les vols réalisés au sein de l’Espace économique européen sont également soumis au marché carbone européen depuis 2012, ce qui permet d’assurer l’atteinte des objectifs climatiques de l’Union Européenne.

 

Les émissions imputables au fonctionnement de la plate-forme aéroportuaire

Les émissions imputables au fonctionnement de la plate-forme aéroportuaire représentent environ 5% des émissions totales liées au trafic aérien.

L'article 45 de la loi relative à la transition énergétique pour une croissance verte fait néanmoins obligation aux exploitants des principaux aérodromes d’établir un programme d'actions dont l’objet est de réduire l’intensité des émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques à hauteur de -10% et -20% pour les années 2020 et, respectivement, 2025, par rapport à l’année 2010, prise comme année de référence. L'aéroport de Nantes, qui devait être transféré, n'a toutefois pas été concerné par cette obligation. L’Agence de la transition écologique (ADEME) a publié un  bilan national des dispositions prises par les aérodromes pour atteindre les objectifs précités. Ce bilan conclut que les objectifs fixés par la loi devraient être atteints par les aérodromes du dispositif.

Le gestionnaire de l'aéroport s'est en revanche engagé depuis 2015 dans une démarche "Airport Carbon Accreditation" qui fait référence au niveau international en tant que Système de Management carbone des aéroports. L’aéroport a été certifié niveau 2 en 2019, pour avoir réduit régulièrement ses émissions de CO2 sur 3 ans et s'est inscrit dans la résolution pour la neutralité carbone en 2050 : « Zéro émission nette de carbone d'ici 2050 ».